dimanche 10 janvier 2010

Grand attracteur

La taille de l'Univers dans lequel nous vivons est inconnue et il est tout à fait possible qu'il soit infini. Par contre l'Univers visible c'est-à-dire la région de l'Univers dont nous pouvons recevoir des signaux est limitée à environ 13.7 milliards d'années lumière. La théorie du Big-Bang  nous dit que c'est l'Univers dans son ensemble qui s'étend et ceci se produit en tout point de l'espace, cela revient à dire que chaque point de l'espace se comporte comme le centre de l'Univers.
Depuis chez moi, l'horizon, c'est-à-dire la distance la plus grande à laquelle je puisse voir est située à 13.7 milliards d'années lumière. Un Être situé dans une galaxie distante de 10 milliards d'années lumière de chez moi aura également un horizon de 13.7 milliards d'années lumières, c'est-à-dire qu'il pourra "voir" des régions du cosmos que je ne verrai jamais.

En étudiant les mouvements d'amas de galaxies, des chercheurs ont pu mettre en évidence le déplacement collectif d'un grand nombre de celles-ci vers une direction privilégiée de l'espace. Or rien de particulier n'est visible dans cette région et tout semble indiquer que les amas de galaxies sont attirés par quelque chose qui se situe en dehors de l'Univers visible. Ce quelque chose serait en fait une fluctuation de l'Univers primordial, une sorte de grumeau, témoin des tout premiers instants de l'Univers.

Cette interprétation est  encore à prendre avec beaucoup de précautions, mais je trouve totalement fascinante l'idée que nous puissions percevoir les effets d'un objet situé au-delà de l'Univers visible.

L'image ci dessous (Crédit : Nasa / STScI / Magellan / U.Arizona / D.Clowe montre le "Bullet cluster", un amas de galaxie qui est entrainé par ce flot cosmique.




4 commentaires:

  1. Bon, j'ai un probleme de concept. Si tout est au centre, comment est ce que u autre astre peut voir ce que nous ne pouvons pas voir. Si c'est le cas, comment se fait-il que nous ne pouissons voir directement ce phénomène ? Faut il que nous regardions de manière indirecte ce phénomène pour qu'il puisse etre vu ?
    De meme, si quelquechose attire la galaxies, pourquoi est ce que nous pouvons le visualiser ? Si tout est au centre, tout devrait etre attiré de la même maniere.

    D'apres l'image que je me fait, si nous observons un autre astre, nous devrions voir la meme chose que ce que nous voyons mais sous un angle différent.

    RépondreSupprimer
  2. il faudrait faire un schéma au tableau noir, parce que la c'est toujours aussi complexe qu'au réveillon!!

    RépondreSupprimer
  3. @Sylvain: Sauf erreur de ma part, il me semble qu'il y a une notion d'espace et de temps.

    Pour l'espace tu peux prendre l'exemple de 2 voitures roulant dans le brouillard: Si tu vois la voiture devant toi freiner, tu peux supposer qu'elle a vu un obstacle qui t'est pourtant encore caché par le brouillard. Tu n'as donc nul besoin de voir un obstacle pour en déduire sa présence, le comportement d'une personne devant toi peut suffire.


    Dans le temps, c'est un peu la même chose. La lumière a une vitesse finie (300'000 km/s), c'est à dire que tout ce que l'on voit nous arrive avec un certain retard. La lumière du soleil par exemple met 8 minutes pour nous rejoindre, ou encore une année lumière est la distance d'un objet dont la lumière met 1 année pour nous parvenir (soit 9,461×10^15 m).

    On peut émettre l'hypothèse que l'univers n'a pas toujours été aussi transparent qu'il ne le fut aujourd'hui et qu'à un certain moment donné il fut opaque. C'est à dire que si je regarde très loin, je risque de me heurter à un âge de l'univers pour lequel il ne fut pas transparent, ce serait alors mon horizon universelle et où que je sois, je suis toujours au centre de cette dernière.

    Toutefois, si une personne distante de moi regarde l'univers en même temps que moi, elle n'aura pas le même horizon, de la même manière que la voiture devant moi dans le brouillard ne voit pas la même chose que moi.

    Par contre si j'étudie le comportement des objets en limite de mon horizon, je peux alors en déduire, en partie, ce qu'il y a au delà, toujours de la même manière que je peux déduire de l'état de la route au delà de mon horizon, en étudiant le comportement de la voiture devant moi.

    RépondreSupprimer
  4. En fait c'est plus compliqué que cela et après réflexion je ne suis pas très content de mon article qui est sur-simplifié au point d'être faux.
    Comme le dit Gaël, il faut tenir à la fois compte de l'espace et du temps. L'objet que je regarde, s'il est situé à 5 milliards d'années lumière de nous, a émis sa lumière il y a 5 milliards d'année (par définition), à cette époque son propre horizon était donc plus restreint puisque l'Univers était plus jeune. Tout ça pour dire qu'il y a sans doute un problème de causalité quand je dis que je peux avoir des informations sur ce qui se trouve au delà de l'Univers visible en regardant le comportement d'un objet éloigné. Il faut que je réfléchisse, mais je crois que dans le cas de ces amas de galaxies qui se déplacent de manière anormale, l'objet qui se situe au delà de l'Univers visible et qui les attire, doit être obligatoirement primordial, c'est à dire contemporain des tout premiers instants du Big Bang.
    Bref la conclusion est correcte et c'est tout aussi fascinant, mais mon explication était foireuse et je suppose que maintenant plus personne n'y comprend rien !
    Promis, je ferai mieux la prochaine fois.

    RépondreSupprimer